satanisme (bande dessinée)

satanisme (bande dessinée)

CASE 1 : À LA TOMBÉE DE LA NUIT, LES HOMMES MIRENT LE FEU AU TAS DE BOIS.

Il fait nuit. Un feu de camp est allumé. Des hommes forment un cercle autour du feu. Les flammes éclairent certains visages mais les ombres restent bien présentes sur d’autres.

CASE 2 : LE CRÉPITEMENT DES PREMIÈRES FLAMMES ATTIRA L’ASSEMBLÉE DES FEMMES ET DES ENFANTS. LE FEU GRANDISSANT FAISAIT BRILLER LEURS YEUX DANS LE NOIR.

On voit des femmes et des enfants qui s’approchent ; leurs visages sont faiblement éclairés et leurs yeux reflètent les flammes.

CASE 3 : PUIS LES HOMMES PROCÉDÈRENT ET LES PREMIÈRES GOUTTES DE SANG TOMBÈRENT DANS LE BRASIER. L’ODEUR SE RÉPANDIT PRESQUE AUSSITÔT, JUSQU’AUX TRUFFES DES GRANDS CHIENS.

Trois grands chiens se tiennent debout. Ils semblent affamés. Ils regardent vers le feu autour duquel les hommes sont affairés.

CASE 4 : DES ENFANTS CURIEUX, LES PLUS ÂGÉES, S’APPROCHÈRENT DU BÛCHER.

Trois enfants, des adolescents, sortent du groupe des enfants, pour s’approcher du feu.

CASE 5 : D’UN GESTE, LA VIEILLE FEMME EN NOIR LES EMPÊCHA D’AVANCER.

On retrouve le même groupe d’enfants avec les trois adolescents sortis du groupe de la case précédente : le plan est plus large, on peut donc voir une vieille femme vêtue de noir, lever une main pour leur interdire d’approcher du feu.

CASE 6 : SOUDAIN, L’UN DES HOMMES PLONGEA UNE LONGUE PIQUE DANS LES FLAMMES…

On voit en gros plan, la main d’un homme qui tient une pique dont l’extrémité est cachée par les flammes.

CASE 7 : … ET EN RESSORTIT UN MORCEAU QU’IL PRÉSENTA AUX YEUX AVIDES DES AFFAMÉS.

L’homme de la case précédente est de dos, face au groupe d’enfants et de femmes, dont les visages souriants sont rendus effrayants par le jeu d’ombres et de lumières des flammes.

CASE 8 : « Qui veut une merguez pas trop grillée ? »

On retrouve l’homme de la case précédente avec un visage cette fois-ci parfaitement éclairé : il est souriant. Le décor est tout autre : on a un plan large et on peut voir qu’il s’agit en fait, d’une soirée « grillades » entre amis, joyeuse et festive.

texte © Sara Afonso / photo © COTTON